COMMISSION PARITAIRE NATIONALE FORMATION MERCREDI 15 MAI 2019

1/ Approbation des PV des réunions des CPNF des 10 et 16 avril 2019

Approuvés sous réserve des modifications demandées

2/ Validation des Orientations de la formation 2019

A la faveur de l’évocation de la « démarche compétences » en début de séance la CGT-FO revient sur l’atterrissage du référentiel des compétences dans ces orientations. Ce référentiel n’a, à aucun moment, été débattu ou négocié. Et nous rappelons qu’une séance de négociation sur la « qualité professionnelle des agents » est programmée en juin.

Pourquoi ne pas attendre l’issue de cette négociation et remettre ce sujet sur la table lors des discussions à venir sur les orientations pluriannuelles ? Pourquoi cette hâte, alors que l’on nous répète que 2019 est une année de transition sur les orientations formation ?

Réponse de la direction : Elle souhaite moduler, dans le texte, son propos sur le référentiel des compétences. Elle propose l’ajout d’une mention précisant que cette mise en place se fait «dans le respect des discussions à venir dans les instances ». Elle reconnaît toutefois que cela est compliqué (pour qui ? l’employeur ? les agents ?) et que le référentiel des compétences n’est pas stabilisé.

Donc en clair la référence au référentiel est maintenue telle quelle. En outre la direction nous oppose que la « logique compétences » est utilisée dans la relation avec les usagers. Et nous fait comprendre qu’elle veut utiliser cette « logique compétences » dans la mise en œuvre éventuelle des certifications métier.

La position de la CGT-FO sur ces questions n’a pas varié : nous demandons l’ouverture d’une négociation sur la formation professionnelle et rappelons notre attachement à la promotion professionnelle par la qualification et l’accès aux diplômes pour les agents, ainsi que la reconnaissance de l’expérience acquise.

Pour : direction, CFTC (la direction aura mis le temps, mais elle a finalement trouvé une voix, et la voie (ou inversement…), pour faire passer ses orientations. Mais qu’a-t’elle lâchée ? Et à qui ?)

Abstention : SNU, CGC, UNSA, CFDT, SNAP

Contre : CGT, CGT-FO

EXPLICATION DE VOTE :

L’avis que nous avions rendu en septembre contre ces orientations est confirmé, voire renforcé, par les dispositions que vous soumettez au vote ce jour.

En effet nous sommes persuadés que ce que vous appelez le renforcement des formations numériques va « faire entrer le loup dans la bergerie ». Malgré les assurances que vous donnez sur l’équilibre présentiel/numérique, il nous semble qu’il sera difficile de résister à la tentation de numériser à outrance. Et, plus précisément, sur la question de l’auto-formation, les agents connaissent la plupart du temps des sorties de route ; les plages sur les temps de travail ne sont pas toujours planifiées et les meilleures conditions ne sont pas toujours réunies (manque de bureaux fermés…).

Par ailleurs vous mettez le paquet sur le référentiel des compétences et sa déclinaison qui n’ont jamais été débattus dans les instances idoines. A quoi bon organiser en juin une séance de négociation sur la « qualité professionnelle » des agents, si les jeux sont déjà faits ? (On apprend ce 17 mai Après-midi que cette CPNN est finalement suspendue… !?)

Il ne suffit pas, en outre, d’accoler au terme de compétence le qualificatif de « socle » pour en faire une construction solide et socialement acceptable. Plus spécifiquement sur les compétences dites de « savoir-être » on est, au mieux et en étant gentil, sur un champ où l’on tâtonne ; car il n’y pas de critères objectifs ou, à défaut d’objectivité, de critères qui fassent consensus sur ces soi-disant compétences. Ce qui nous renvoie au pire – qui est souvent sûr – c’est à dire au règne de l’arbitraire dans l’évaluation de la qualité professionnelle des agents, malgré la « bienveillance » affichée de certains.

Et nous n’évoquerons pas cette notion creuse de « talents » qui ne devrait, au fond, qu’être une unité de mesure monétaire, et non l’étalon de la qualité professionnelle des agents.

Quant à la question de la mobilisation du CPF, vous avez dit niet à notre demande d’abondement au prétexte que PE ne peut se substituer à l’OPCO sur cette question ; c’est niet également à notre demande pour que les agents puissent librement mobiliser leur CPF sur leur temps de travail ; et c’est re-niet quant à la prise en charge des frais de transport, de restauration et hébergement. Où est la « liberté » de choisir son avenir professionnel sur ce point ?

Enfin sur notre demande d’ouverture d’une négociation de branche sur la qualification des agents vous renvoyez la chose à des décisions au niveau de France Compétences, en réduisant le champ de notre demande à la seule certification des parcours formation « métier ». Or la CGT-FO demande l’ouverture d’une négociation globale, incluant non seulement la certification de formations ou « parcours » PE, mais offrant des garanties collectives en termes de qualification pour l’ensemble des agents.

3/ Information sur l’action de formation :

  • « Les repères de la fonction RH à Pôle emploi »

Cette formation vise à donner aux agents intégrant un poste en RH ou à tout agent de la fonction RH en tant que de besoin, des repères sur la fonction. Il s’agit d’un module digital de 45 à 60 minutes avec des objectifs très larges et très ambitieux : fondamentaux réglementaire, processus RH, IRP, applicatifs…. Vaste programme !

La direction répond à notre interrogation sur cette « vastitude » en un temps réduit et sous format numérique qu’elle s’est posé la question. Il s’agit d’une première vision panoramique/transverse/globale. Il y aurait, pour compléter, un module présentiel… En cours d’élaboration.

Ce module sera testé par les membres de la CPNF.

Qui trop embrasse mal étreint

4/ Information sur les actions de formation à venir

  • Fonctions supports :

Modules Finances/gestion à venir

Formations en présentiel sur les fonctions RH en cours d’élaboration

  • Relation de service :

Actualisation de la formation DUDE

Modules sur le travail à l’international

Modules sur le renforcement de l’entretien (posture ?, outils)

Modules sur les nouvelles formes de communication (notamment travail en visio)

  • Management :

Pas d’infos complémentaires

L’établissement nous dit être en attente « des suites de la tripartite et de l’assurance-chômage ».

5/ Questions diverses :

  • Formation à la « Prévention et gestion des situations difficiles dans la relation d’accueil » :

C’est une demande du SNAP. Car, selon eux, la formation ne serait pas en adéquation avec les attentes du terrain. Et en région des DRAPS envisageraient des formations spécifiques. Qu’en est-il ?

Réponse de la direction : il existe deux formations :

  • Une formation de niveau 1 suivie en 2018 par 836 stagiaires, et par 666 stagiaires rien que sur le premier trimestre 2019 (1800 étant en attente de formation). La demande est forte.   
  • Niveau 2 : 47 agents formés en 2018, 55 au 1er trimestre 2019, 492 en attente.

La direction s’étonne de cette demande, car la satisfaction des agents seraient élevée (79,3% de satisfaction pour le niveau 1, 76,3% pour le niveau 2).  

  • Demande d’ajout par la CGT-FO sur la « formation « 3h chrono » : petit débat en début de séance et en début d’après-midi après avoir pris des infos. Il s’agit d’une formation CEGOS, sur des thématiques au choix, sous forme de « classe virtuelle » et inter-entreprise. Elle se déroule en trois temps : découverte du thème, travail sur des cas, debrief en groupe.

Elle appartient à ces fameuses formations qui passaient sous le radar de la CPNF.

Elle sera évoquée sous forme de « zoom » lors d’une prochaine CPNF.

  • Stage de préparation à la retraite : la direction nous apprend qu’il existe un module national, qui n’est pas décliné localement. Chaque région est donc laissée à elle-même, ce qui constitue une rupture d’égalité de traitement entre les agents.

Prochaine CPNF le 20 juin 2019

Force Ouvrière à la CPNFBruno BEGUE, Jean-Luc BLANC, Fabrice COLLINET et Gérard GRONDIN