Flash CCE du 23 octobre 2018

Information, sur la base du projet de loi de finances, des perspectives budgétaires et des effectifs de Pôle emploi pour 2019

Un intitulé qui ne mentionne même pas la baisse des effectifs, un document sur ces suppressions de postes remis sur table : la DG ne s’y prendrait pas mieux si elle voulait minimiser l’ampleur du démantèlement stratégique qu’elle ourdit en coulisses. Car il s’agit bien là d’une première étape vers la liquidation de Pôle emploi lui-même, conjugué à la contre-réforme de l’Assurance Chômage et de la formation professionnelle, préfigurant la casse de toute la protection sociale collective. “En même temps” sont attaqués les droits des chômeurs, ceux de tous les salariés… et forcément les nôtres. La DG, qui bien sûr n’aborde le problème que techniquement, estime que la montée en charge sur le traitement des dossiers des indépendants et des démissionnaires sera assuré par PES et le réseau, parlant d’un impact de « 200 ETPT » avec un tiers sur l’indemnisation pure que les gains de DSN absorberont, en indiquant une absence de diminution de l’activité GDD.

En gains de productivité, en 2019 à grandes mailles, la DG parle de gains en plateforme sur la mise en place de flux entre DGFIP (amendes et avis à tiers détenteurs), dématérialisation des AFPR et des PE (plateforme et agences), début du télépaiement (moins de traitement de chèques pour des indus), dématérialisation de la liste ASP, dématérialisation du contentieux géré en plateforme, baisse des fiches escalades et des réclamations en agence, le tout sans chiffrage. Le digital, « à la demande de notre public, du moins de certains d’entre eux » dixit la DG sera un « levier pour l’enrichissement du métier de conseillers », grâce à des « ateliers collectifs digitalisés » entrainant des gains d’efficience, de même que « Intelligence emploi » permettra de simplifier le travail des conseillers. A voir !

Par ailleurs, la mise en place des CSE devrait permettre à la direction de récupérer environ 200 ETPT dit-elle.

La CGT-FO réclame une cartographie détaillée des postes qui ont disparu en 2018 et en réponse à notre demande d’une consultation spécifique sur la baisse des effectifs, la DG répond que nous pourrons émettre un avis lors de la consultation sur la politique sociale de Pôle emploi d’ici la fin de l’année. Dont acte, sachant qu’il sera NEGATIF pour la CGT-FO ! En tout état de cause, la baisse des effectifs, même plus adossée par la DG à une baisse du taux de chômage, nous savons pertinemment qu’elle nous impacte parce qu’elle est le pendant de la casse de laprotection sociale collective, et « en même temps » celle des services publics dans ce pays, fruit de la RGPP, MAP et CAP 22 conjugués. Et pour ce qui est des gains de productivité liés au tout numérique, quand à Météo France on en arrive à supprimer 500 postes sous couvert de « progrès informatique », méfions-nous des gains numériques qui au final nuisent autant aux salariés qu’aux demandeurs d’emploi…. et ce gouvernement prétendra qu’il veut lutter contre le chômage !

« Mon Assistant Personnel » (MAP) : présentation du bilan de la phase pilote et information sur les modalités de généralisation

Nous avons déjà eu l’occasion de dire tout le bien que nous ne pensons pas forcément de la philosophie de cet outil qui est là pour appuyer des concepts aussi contestables que l’offre raisonnable d’emploi.

Dans le document fourni, sur près de 4000 agents utilisateurs en phase d’expérimentation, tous les verbatims présentés sont positifs, aucun retour négatif : étonnant, non ?!

Au niveau technique, il semble qu’il y ait de nombreux bugs non réglés à ce jour, histoire de rajouter de la complexité à l’arrivée d’un « bidule » qui va fortement impacter le quotidien des conseillers.

Toutes les formations prévues (tutoriel, base d’entrainement, simulateurs, parrainage, outil de guidance…) sont dématérialisées et optionnelles : bienvenue dans la généralisation virtuelle d’un outil présenté comme majeur !

Quelle plus-value humaine dans tout ça ?! Et demain c’est l’agent virtuel ? Plus besoin dans ce cas de se préoccuper de la baisse des effectifs, elle est  déjà en route !!

Information sur les expérimentations (Missions locales : éléments de méthode à destination des DIRECCTE et des DR de Pôle emploi)

Pour la DG, cela se fait sur la base d’une volonté locale (« du volontariat » dixit la DG). Pas de démarchage, les DT répondront aux initiatives des missions locales dans leurs territoires. S’il appert qu’une fusion serait la solution localement, rien ne se fera sans l’aval de la Direction Générale.

Dixit la DG, le champ des possibles est vaste… ce qui n’est pas très rassurant !

A la CGT-FO, il nous est revenu aux oreilles que des collègues travaillent déjà à ce rapprochement sur le terrain. Or, prétendre qu’on en est encore à de grandes incantations assez floues nous parait travestir quelque peu la réalité, les responsables nationaux du dispositif « Missions Locales » semblant assez frileux sur le sujet.

En plus des aspects RH, il y a derrière cela des impacts financiers sur lesquels nous ne savons rien. Pas question en tout cas d’être mis à terme devant le fait accompli en apprenant dans la presse une hypothétique fusion Pôle emploi / Missions Locales avec les conséquences qu’on imagine bien et qu’on peut décliner dès à présent !

Aujourd’hui rapprochement, demain guichet unique et ensuite fusion ?

Cela ne vous rappelle rien…Pour la CGT-FO c’est non !

Titres restaurant : point d’étape sur la dématérialisation et perspectives de dématérialisation

Au terme du contrat actuel avec Natixis et Sodexho, la DG veut passer en 2021 à la dématérialisation totale. Aujourd’hui on est à 14% d’utilisation de la carte Appetiz. La DG propose une montée en charge progressive pour aboutir à 100% à terme.

Quand la DG argue au nom des prestataires, d’économies en termes d’édition de carnets de titres papier et de la fin des vols de carnets au bureau ou lors de livraisons (à supposer qu’une carte ne se piraterait pas à terme par un hacker), nous répondons flicage des utilisateurs par la traçabilité de leurs achats alors que la DG loue le nouveau pari de la confiance (pas pour tout) et perte du caractère social du titre restaurant. Si la DG semble décidée à passer en force, aujourd’hui 86% des agents n’utilisent pas la carte, à bon droit !

Pour la CGT-FO, que la DG améliore donc d’abord notre pouvoir d’achat en augmentant la valeur faciale du titre restaurant !

Télécharger Flash CCE 23 octobre 2018

FO Pôle emploi © 2015 Frontier Theme