FLASH CCE du vendredi 21 juin 2019

Annonces gouvernementales

Après la lecture de nos 2 déclarations (cf. PJ), nous avons eu un long débat avec la direction, bien que le point des annonces gouvernementales ne figurait pas à l’ordre du jour de ce CCE.

Nos questions sont claires : quelle est la nature de ces 1000 CDD ? Pour quoi faire exactement ? Pour quels impacts RH pour l’ensemble des collègues ? Qui finance ?

La direction a répondu qu’en plus des 1000 CDD, les 1 600 départs naturels chaque année seraient remplacés. Que pour intégrer ces 1000 CDD cela passe nécessairement par une modification de la CCN car le plafond des 5% de précarité doit sauter (art 8.4§4), la DG ouvrira une négociation au niveau de la branche avec les organisations syndicales sur ce sujet. En tout, ce serait 5800 ETP en plus sur 3 ans ! Où est le loup ?? Dans la modification profonde et massive du type de contrat de travail au sein même de Pôle-emploi ? … comme dit la ministre du travail une réforme POUR LA PRECARITE… ?

Nous avons donc acté, après une suspension de séance que le CCE souhaitait que les organisations syndicales soient réunies au plus vite au niveau de la branche pour traiter de ces recrutements et de leurs conséquences, afin que les représentants du personnel soient ensuite informés et consultés sur ces sujets, en faisant en sorte que nous ne soyons pas une simple chambre d’enregistrement en la matière.

En effet FO revendique notamment que ces recrutements solutionnent rapidement les demandes de mutation des collègues, certaines datant de plus de 12 mois !! Et il n’y a là aucune exagération, le simple constat de souffrances qui impactent des familles entières. FO revendique que ces recrutements solutionnent également les demandes de changement de dominante et/ou de filière.

Pour FO les grandes difficultés de mobilité géographiques et professionnelles sont plus que prégnantes dans un établissement qui se dit de « service public », dans un établissement qui se dit très attaché à la Qualité de Vie au Travail et à la lutte contre les Risques Psycho-Sociaux.

De plus, Pour FO, se réjouir trop vite de ces annonces alors que la pérennité du financement de Pôle emploi n’est nullement établie serait une grave erreur, quand on sait que l’objectif des tutelles gouvernementales demeure bel et bien la casse des services publics de ce pays !  Tout est dans les 22 propositions dans action publique 2022 de juin 2018 !

Information sur la situation des comptes bancaires CNASC du CCE

Ce point est reporté à une prochaine séance et sera donc a priori traité lors du CCE ordinaire du 16 juillet prochain. Pour FO, les sommes qui ont été données par certains CE, doivent faire l’objet d’une dévolution au futur CSEC.

Intelligence Emploi :
présentation de la convention
‘’contrat de transformation Intelligence emploi’’

Pour FO, ce dossier n’a rien d’anodin, ce n’est pas qu’une simple expérimentation. C’est un sujet pleinement lié au contenu de la nouvelle convention tripartite.

La volonté affichée de la DG est d’abord d’obtenir des gains de productivité.

Notre responsabilité en tant qu’organisation syndicale est de demander une information et une consultation sur un sujet qui aura des impacts forts sur l’avenir des personnels parce que non, l’Intelligence dite Artificielle telle que voulu par DG et tutelle, n’est pas l’amie des agents de Pôle emploi !

Nous n’aurons de cesse d’exiger l’info/consultation du CCE, seul outil permettant une information pleine et entière des élus, mais bien entendu au-delà de tout le personnel. Nous avons tous le droit de savoir par quelles machineries nos emplois demain seront bouleversés, en nombre, et en contenu.

Présentation du bilan à date de la mise en œuvre
du dispositif de détection du potentiel

Totalement à la main de la DG, ce dispositif non négocié, qui n’a pas été présenté en séance “faute de temps”, s’inscrit pleinement dans la logique d’une Classification sans garanties collectives opposables, et qui avec la création d’une filière Management, opaque (« à la tête du client »), participe de l’individualisation de la relation de travail entre les cadres et leur hiérarchie et donc de leur isolement facteur de RPS majeures.

On se retrouve face à un dispositif qui ne garantit aucun droit supplémentaire aux cadres concernés.

Malgré les difficultés, FO est là pour les défendre en cas de problème et notamment de maltraitance.

Mais décidément, il faudra bien que cette classification soit contrecarrée

Télécharger (PDF, 328KB)