FLASH CCE extraordinaire du mardi 30 avril 2019

Etaient présents pour la DG : J.Y Cribier

Figuraient à l’ordre du jour de ce CCE extraordinaire les 2 points suivants :

  1. Vote d’une expertise dans le cadre de la consultation sur la situation économique et financière de Pôle emploi.
  2. Délibération sur le choix du prestataire et des missions qui lui seront confiées.

En préalable, pour la CGT- FO, nous avons tenu à indiquer que :

  • Nous sommes pleinement solidaires des collègues de St Herblain encore en grève hier pour obtenir les moyens humains nécessaires à l’exercice de leurs missions, avec à la clé de leur audience auprès du Directeur Régional des Pays de la Loire une fin de non-recevoir.
  • Nous sommes pour le moins surpris de voir fleurir sur Pole-emploi.fr des offres de conseillers GDD, en CDD mais également en CDI (s’asseyant au passage sur l’obligation de diffusion en interne via la BDE avant recrutement externe), sur tout le territoire national, alors qu’on nous a régulièrement expliqué que l’activité, accord GPEC non signé par la CGT-FO à l’appui, était en décroissance. On nous aurait donc menti ?!
  • Concernant le financement de Pôle emploi à terme, dans le cadre précisément de cette expertise, nous nous interrogeons sur la pérennité du financement tel que prévu dans la loi instituant Pôle emploi où près de 70% du budget de PE émane des cotisations à l’Assurance Chômage. Or, s’il n’y a plus à terme ni Assurance Chômage et donc d’UNEDIC, ni cotisations remplacées par la CSG autrement dit l’impôt, qui va prendre le relais de l’UNEDIC ?! Est-ce l’Etat ? A ce jour, la question reste posée et l’avenir financier de PE aussi…

La CGT s’est associée à notre intervention, sachant que la direction n’a pas voulu s’exprimer sur ces points dans la mesure où nous étions réunis en CCE extraordinaire et non ordinaire…

Après un vote à bulletin secret (conformément à l’article 10 du règlement intérieur), la demande d’expertise a été repoussée par 9 votants contre 7 et le point 2 n’a donc pas été abordé.

On peut penser que les votes défavorables ont émané des signataires de la GPEC et de la Classification, puisque la CGT-FO, la CGT et le SNU avaient explicitement indiqué leur intention de voter Pour cette expertise.

Autrement dit, et déduction (… pas si hative qu’elle en a l’air), les signataires de la Classification et de la GPEC ne sont pas le moins du monde préoccupés par la situation économique et financière de Pôle emploi, dans le contexte inquiétant souligné ci-dessus.

Chacun appréciera leur degré d’implication dans la défense de nos emplois et de nos missions. Car si l’avenir de Pôle emploi et de l’ensemble de nos collègues ne signifie rien pour eux, pour la CGT-FO, c’est essentiel et primordial !

Télécharger (PDF, 82KB)

RESISTER, REVENDIQUER, RECONQUERIR