Les 3 déclarations de FO au CCE du 23 octobre 2018

3 déclarations préalables ont été lues ce matin par les élus FO au Comité Central d’Entreprise.

Sur la baisse annoncée des effectifs:

“4 CHIFFRES & 3 LETTRES: 297 800 4000 4 milliards NON

297, c’est le nombre d’ETP supprimés à Pôle emploi en 2018.

800, c’est le nombre d’ETP que le gouvernement se propose de supprimer l’an prochain à Pôle emploi dans le cadre du PLF en cours de discussion au parlement.

4000, c’est a minima le nombre de postes en voie de suppression d’ici 2022 à Pôle emploi.

4 milliards d’€, c’est le montant des économies à réaliser d’ici 2022 au sein du ministère du travail.

A ces chiffres, nous pourrions ajouter la suppression des contrats aidés et le nombre croissant de départs liés à des licenciements pour inaptitude.

N.O.N, c’est le seul mot qui convient pour résumer ce que nous pensons à la CGT-FO de ces orientations politiques synonymes de démantèlement de Pôle emploi, voulu par les tutelles gouvernementales et organisés en lien avec la Direction Générale de Pôle emploi.

Face à un taux de chômage qui ne baisse pas, face à l’allongement de la durée d’inscription et la multiplication du nombre de travailleurs pauvres, pour la CGT-FO, supprimer des postes à Pôle emploi est une aberration antisociale.

Non seulement aucun de nos postes n’est de trop à Pôle emploi mais la seule réponse possible à la situation sociale actuelle, c’est l’embauche de personnel supplémentaire à Pôle emploi.

C’est pourquoi nous revendiquons au plus tôt la CDIsation de tous les collègues en contrats précaires et des embauches pérennes.

Au demeurant, qu’on nous explique comment on peut à la fois supprimer des postes et envisager un rapprochement avec les missions locales au terme d’une expérimentation voulue par ces mêmes tutelles.

Nous sommes dubitatifs et nous ne nous faisons guère d’illusion quant à obtenir un commencement de réponse à cette question au cours de ce CCE.

Quoi qu’il en soit, la CGT-FO exige que dès le prochain CCE soit mis à l’ordre du jour une information/consultation sur la baisse des effectifs programmée par les tutelles et la direction générale et non un simple point d’information.

Par ailleurs, et convaincu que ce n’est pas par la seule mobilisation des élus du CCE, ni même par celle seulement des agents et cadres de Pôle Emploi que seront empêcher ces suppressions de postes, la CGT-Force Ouvrière saura prendre toutes ses responsabilités dans la période qui vient pour mobiliser l’ensemble du personnel, et au-delà tous les salariés de ce pays, pour mettre un coup d’arrêt aux politiques destructrices auxquelles nous sommes confrontés.

La CGT Force Ouvrière rejette toutes les déprotections des salariés pour grossir les dividendes, au nom d’un ruissèlement dont certains économistes qui ont pignon sur rue se gargarisent,… qui assèche le fleuve et vont à l’encontre des intérêts des salariés de ce pays.”

Sur les recrutements à la mode téléréalité:

TELE REALITE ET REALITES DE TERRAIN

Ces derniers jours, les médias ont fait leurs choux gras de pratiques aberrantes qualifiées en substance d’initiatives locales malheureuses par la Direction Générale, consistant dans plusieurs établissements et sur de multiples sites à transformer en décalque d’émissions de télé réalité de très sérieux entretiens de recrutement auxquels ont pris part à la fois des demandeurs d’emploi et des entreprises, réunis sous l’égide de Pôle emploi.

De telles mascarades qui dévoient et décrédibilisent le service public de l’emploi et font fi du plus élémentaire respect dû aux demandeurs d’emploi rabaissés au rang de participants à un pseudo jeu où le ridicule le dispute au cynisme s’inscrivent pleinement dans le sale air du temps consistant à transformer le moindre spectacle télévisuel en compétition à élimination et où l’émotion préfabriquée prend le pas sur des notions aussi essentielles que la dignité humaine et l’esprit de solidarité.

Reflet de la société ubérisée du « chacun pour soi » voulue par ce gouvernement, ce type de dérives s’inscrit aussi pleinement dans la logique de l’entreprise agile et libérée devenue pour la direction de Pôle emploi le nouveau modèle de référence, quand bien même il est de bon ton de ne pas employer ce vocable-là.

Il suffit pourtant d’avoir assisté à une session dans un Lab pour s’en convaincre : sous couvert de pratiques ludiques, la Direction de Pôle emploi tend à infantiliser les agents pour mieux brouiller les cartes, le Nouveau Pari de la Confiance devenant l’alpha et l’oméga d’un management dit moderne.

Pour la CGT-FO, quand on en vient à faire croire aux agents (heureusement pas tous, loin s’en faut) qu’ils sont pleinement acteurs d’une organisation du travail pathogène alors qu’ils en sont les victimes, victimes comme les demandeurs d’emploi sont candidats à un humiliant jeu de la course à l’emploi et non plus des personnes qualifiées pour obtenir un contrat de travail grâce à leurs diplômes et/ou leur expérience professionnelle, c’est bien la preuve qu’on a décidé d’inverser la charge des responsabilités incombant aux employeurs en la faisant peser sur les épaules des salariés en activité ou privés d’emploi.

Ne pas trouver du travail devient dès lors la faute du demandeur d’emploi et non plus celle du patronat puisque parait-il, « il suffit de traverser la rue pour retrouver du travail » dixit ce chef de l’Etat pour lequel un chômeur est un profiteur du système et un fainéant en puissance.

Le conseiller de Pôle emploi lui-même, pris dans l’étau du Nouveau Pari de la Confiance qui se retrouvera culpabilisé en cas d’échec d’un système qu’il n’a pas voulu, va-t-il devoir jouer à présent les bateleurs de foire pour placer les demandeurs dont il a la charge ?

A la CGT-FO, nous nous insurgeons contre ces méthodes et que nous n’avons de cesse de combattre.

La liste est à présent longue du grand n’importe quoi dont certains se sont fait une spécialité à Pôle emploi, entre pages Facebook incongrues et décalques de programmes télé, encouragés par une communication interne allant pleinement dans le même sens, au point que des agents se mettent à porter perruques et déguisements pour vanter en vidéo les mérites de la méthode Agile.

Pour notre organisation syndicale, le seul moyen de dire stop aux mea-culpa médiatiques en série à chaque fois que Pôle emploi se singularise par la légèreté blâmable de ces dérives en tous genres, c’est de revenir à l’essentiel, en se dotant de moyens supplémentaires pour accomplir nos missions.

Pour la CGT-FO, non seulement il est hors de question de rendre le moindre poste aux tutelles et d’accepter un budget à la baisse, mais la CDIsation de nos collègues en contrat précaire doit être une priorité et le préalable à une vague d’embauches conventionnelles massive pour lutter efficacement contre le chômage de longue durée et la précarité dans un pays où les inégalités et le nombre de travailleurs pauvres ne cessent de s’accroitre, au seul bénéfice d’une minorité d’actionnaires.”

Sur les suppressions de postes à l’AFPA:

“AFPA : suppression annoncée de 1 541 postes et fermeture de 38 centres

Ce matin à la même heure, se tenaient le Comité central d’entreprise (CCE) et le Conseil d’Administration (CA) de l’AFPA afin que les 2 instances soient informées au même moment des

annonces du contenu du « projet de réorganisation de l’AFPA ».

C’est donc le massacre simultané de 1 541 postes équivalent temps plein, de 454 postes « modifiés » et la fermeture de 38 centres qui ont été annoncés à la perspective 2020.

Se retranchant derrière la possibilité de 600 départs en retraite et la création hypothétique de 603 postes créés en CDI dans le cadre de ce nouveau « projet », la direction estime ce plan ambitieux et crédible faute d’alternative !

Des réunions de négociation avec les Organisations Syndicales et les instances sont d’ores et déjà programmées jusqu’au 6 mars 2019, date de remise d’avis pour le CCE.

Une nouvelle fois, Force Ouvrière s’est opposée, aussi bien au CCE qu’au CA à toute suppression de poste et à toute fermeture de centre.

Pour Force Ouvrière, le seul objectif de la Direction et de la Gouvernance est de réaliser 21% d’économie sur les charges de l’AFPA. Tout cela sur le dos des salariés et de leurs conditions de travail.

Force Ouvrière en appelle aujourd’hui à l’État afin qu’il prenne les responsabilités qui sont les siennes pour que l’AFPA retrouve toutes ses capacités à former les demandeurs d’emplois, les salariés en reconversion pour leur intégration pérenne dans l’emploi.

Force Ouvrière confirme son opposition à la récente loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel ». Elle en demande l’abrogation et le rétablissement du Congé Individuel de Formation (CIF) supprimé dans le dernier projet du gouvernement.

La formation professionnelle est un droit.

Faire mourir l’AFPA c’est détruire la formation professionnelle au moment même où le gouvernement ne cesse de communiquer hypocritement sur l’importance de la formation professionnelle.

La Confédération exprimera ses positions dans toutes les discussions à venir en défense de l’AFPA et soutient toutes les initiatives de la Section Fédérale Nationale Force Ouvrière de la Formation Professionnelle des Adultes pour faire valoir les revendications des salariés en matière d’emploi, de postes et de conditions de travail.

Le plan annoncé aujourd’hui est inacceptable.

 

Nous permettons de rajouter ici une question, qui n’a pas été posée en séance mais qui mérite toutes réflexions :

Comment doit-on interpréter cette liquidation (ni plus ni moins) de cet outil essentiel pour les salariés leur permettant d’acquérir des QUALIFICATIONS, liquidation mise en rapport avec le déploiement par le gouvernement de ce grand plan dit « compétences » et plus particulièrement déployé dans Pôle Emploi ?

Quand le même gouvernement d’un côté liquide les outils pour se qualifier, et de l’autre déploie ceux pour évaluer/apprécier des « compétences », c’est qu’il oppose l’un à l’autre, c’est que ces 2 notions sont pour lui contradictoires. Pourquoi ? Parce que les qualifications sont reconnues dans les classifications des conventions collectives, sont des garanties opposables… pas les compétences !”

TELECHARGER DECLARATION FO CCE 23 10 2018 EFFECTIFS

TELECHARGER DECLARATION FO CCE 23 10 2018 TELE REALITE ET REALITES DE TERRAIN

TELECHARGER DECLARATION FO AFPA CCE 23.10.18

FO Pôle emploi © 2015 Frontier Theme