« DECLASSIFIX » chassons le Pokemon de la direction avant qu’il ne nous frappe !

Nos bulletins de paie modifiés unilatéralement

+

une classification au rabais et son référentiel métiers imposés de force

+

des déroulements de carrière gelés

+

une hypothétique campagne de promotion

=

une addition DG corsée pour les agents en cette rentrée des crasses.

Étonnant ? Pas pour FORCE OUVRIERE !

Si nous nous battons pied à pied depuis fin 2014 contre la classification DG (signée par la CFDT, la CFTC et la CFE CGC), c’est que nous en redoutions à bon droit les effets.
Faisant fi de l’arrêt de la cour d’appel de Paris du 7 janvier dernier, la Direction entend passer en force et nous imposer unilatéralement son « contrat social ».
Rien de social là-dedans, mais un contrat en bonne et due forme, exécutant sans sommation nos droits les plus précieux. A l’instar de la loi Travail relevant de la même logique ultralibérale.

L’objectif est simple autant que redoutable :

  • supprimer à terme notre CCN, par une modification unilatérale de votre contrat de travail !
  • individualiser au maximum la relation de travail et nous faire travailler plus pour que l’on gagne encore moins.
  • Régionaliser ou nous privatiser selon l’option retenue par le pouvoir auquel notre direction voudra plaire…

Des preuves ? Malgré l’arrêt de la cour d’appel, la DG a rattaché tous les agents à son référentiel Métiers lors de la dernière campagne EPA.

  • 1ère conséquence : la modification de la rubrique emploi de certains bulletins de paie de juillet et d’août. Y figure désormais l’emploi unilatéralement choisi par votre hiérarchie dans le référentiel des métiers DG en remplacement de l’emploi repère de la classification encore applicable à ce jour. La DG n’ayant saisi le CCE que pour l’informer d’un ajout, c’est donc un remplacement qui intervient sans AUCUNE information collective ou individuelle préalable !

Interpellés dans les CE et les réunions DP, les représentants de la direction se retranchent derrière « des ordres venus d’en haut », sans espoir de retour en arrière. Bref, la DG trace sa route, tant pis pour ceux qui s’estiment à bon droit d’ores et déjà déclassifiés !

  • 2ème conséquence à terme : reconnaissance salariale et déroulement de carrière en berne. Si la DG et “ses” signataires obtenaient en cassation que leur classification s’applique, tout serait déjà en place pour opérer de drastiques économies sur notre dos. CQFD !

Après avoir refusé de se prononcer cet hiver en CCE sur ce fameux référentiel des métiers, FO n’a eu de cesse de dénoncer cette manœuvre, clé de voûte d’un vaste mouvement de dé-classification programmé.

FO a pris ses responsabilités et a de nouveau saisi la justice qui statuera le 20 septembre prochain. Pour nous, la place de ce référentiel est à la poubelle et pas sur les bulletins de paie des agents !

Le plus surprenant dans tout cela, ce n’est pas de voir la direction s’enferrer dans sa logique récessive. Quand on est capable de rendre 30 millions d’euros à Bercy au lieu de les redistribuer aux agents, on est capable de tout !

Ce qui nous a épaté, c’est de voir la CFDT et la CFTC demander à la direction de faire marche arrière sur l’utilisation du référentiel des métiers, virant de bord à 180° pour abonder dans notre sens.
S’il n’est jamais trop tard pour reconnaître ses erreurs dans l’intérêt du personnel, encore faut-il aller au bout de la démarche.

Que les signataires de la classification retirent donc à présent leur pourvoi en cassation et demandent avec nous la réouverture d’une négociation pour obtenir une vraie classification, assortie d’un déroulement de carrière automatique pour tous les agents de Pôle emploi.

Avec FO, le 20 septembre, éparpillons ce référentiel Métiers… façon puzzle !

enTeteNationalPuzzle4